L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
dinosaures, dinosaures a plumes, espace des sciences, champs libres, rennes, museum dhistoire naturelle de nantes, musée paléontologique du liaoning, anchiornis, microraptor, fossiles, chine
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Exposition : La Fabrique de Babar à la Bibliothèque Nationale de France, jusqu`au 29 janvier 2012.

Vêtu d'un chatoyant costume vert et coiffé de sa couronne jaune soleil, voilà maintenant 80 ans que le plus célèbre des pachydermes se promène d'albums pour la jeunesse en écrans de télévision. Mais si sa silhouette est bien connue de tous, rares sont ceux qui se souviennent de la naissance de Babar et du nom de ses talentueux créateurs. Un oubli regrettable auquel la Bibliothèque nationale de France a décidé de remédier en exposant, jusqu'au 29 janvier, une cinquantaine de planches originales de Jean et Laurent de Brunhoff.

Par Marion Point

 
babar, exposition, bnf, bibliothèque, nationale, france, planche, planches, original, originales, brunhoff, histoire, livre, portrait, album, littérature, éléphant, roi, héros, hachetteDans les rues de Célesteville, tout semble calme et harmonieux. C'est que pour créer ce royaume idéal, Babar a usé de mille soins et fait bien du chemin. Après avoir vu sa mère succomber aux tirs de chasseurs sanguinaires, le jeune éléphanteau fuit la jungle et se réfugie en ville où il passe plusieurs années sous la coupe de la Vieille Dame. Puis, fort de sa nouvelle aura de pachyderme civilisé, il retourne dans la jungle où il se fait élire roi des éléphants. Commence alors une longue aventure au cours de laquelle Babar transforme entièrement les terres qui l'ont vu naître et défriche la jungle pour fonder Célesteville, capitale des éléphants. Dans cette ville qui apparaît dès le troisième album de la saga, tout semble pensé pour le bien-être de chacun : la bonté de Babar, souverain éclairé et juste, transparaît dans l’architecture même de la ville et c'est à peine si, parmi les nombreuses habitations, se distingue le palais qu'il occupe avec sa femme, Céleste. Quant aux demeures des habitants, elles sont réparties autour du palais du travail et du palais des loisirs, bâtiments d'égale importance qui invitent chaque citoyen à participer autant à la vie de la communauté qu'à jouir des plaisirs du spectacle et du sport. De fait, précise la commissaire d'exposition Véronique Soulé, "on a souvent expliqué le succès de Babar par l'atmosphère de fête et de plaisir de l'univers communautaire où il vit, gage de stabilité familiale et de bonheur social, par le fait qu'il n'y a ni violence, ni méchanceté, ni répression mais douceur et tendresse."(1) Une atmosphère délicieuse que la genèse du héros explique sans doute pour beaucoup.


Une histoire de famille

C'est en effet dans un contexte intime et chaleureux que Babar a vu le jour. A l'été 1930, les époux Brunhoff demeurent dans la propriété familiale de Chessy avec leurs deux enfants Laurent et Mathieu. Alors que ce dernier est malade, leur mère Cécile le console en improvisant l'histoire d'un petit éléphant qui a fui les chasseurs et s'est approprié toutes les élégances de la ville avant de s'en retourner dans la jungle. Les deux garçons sont émerveillés par l'histoire, comme le raconte Laurent : "On était tellement amusés qu'on l'a racontée à mon père. Il était peintre et en a fait un livre, page après page. Et il sest pris au jeu ! Mes oncles, qui étaient éditeurs, l'ont publié et mon père a immédiatement commencé un deuxième et un troisième…" De fait, si Jean n'avait pas vécu dans une famille babar, exposition, bnf, bibliothèque, nationale, france, planche, planches, original, originales, brunhoff, histoire, livre, portrait, album, littérature, éléphant, roi, héros, hachettetrès impliquée dans le monde de la culture et de l'édition, son premier album n'aurait sans doute pas dépassé le cadre familial. Mais son frère Michel et son beau-frère Lucien Vogel ne l'entendent pas de cette oreille. Tous deux éditeurs à la tête de la revue le Jardin des modes, ils prennent en charge la publication du premier album qui paraît à l'hiver 1931. Ainsi débute la double saga des familles Brunhoff et Babar.

Face au succès remporté par leur héros, les Brunhoff confient l'édition des albums à la maison Hachette. Jean lui livre les planches des deux albums suivants mais une tuberculose l'emporte à l'âge de 37 ans avant qu'il n'ait pu les finaliser. C'est alors Michel qui supervise la mise en couleur des albums. Mais Babar, orphelin, abandonne sa vie d'aventures. Et il faudra attendre près de dix ans avant qu'Hachette ne s'ennuie de son pachyderme et demande à Cécile de Brunhoff l'autorisation de reprendre la série. Le refus de cette dernière est sans appel. Mais puisque son fils Laurent s'amuse à griffonner des éléphants, pourquoi ne ferait-il pas lui-même le quatrième album ? C'est ainsi que l'aîné des garçons Brunhoff prend plume et pinceaux pour créer, en 1946, Babar et ce coquin d'Arthur. C'est une révélation. "Dès mon premier album j'ai eu envie de continuer", explique-t-il. D'album en album, les aventures du célèbre éléphant en costume vert se poursuivent. Et avec lui, celles de ses créateurs : "Le Tour du monde de Babar est inspiré des voyages que j'ai faits avec Phyllis. Ma famille a toujours vécu avec Babar, notre vie est mêlée à la sienne."


Babar révolutionnaire ?

Une histoire de famille, donc, mais aussi d'esthétique. Si les albums de grand format aux doubles pages illustrées nous sont désormais familiers, Jean de Brunhoff a été précurseur en la matière. Avant Babar, les albums pour enfant étaient de taille réduite, et leurs illustrations relevaient davantage de la vignette que de la pleine page. Les innovations apportées dans ce domaine par le créateur du célèbre pachyderme sont sans doute liées à ses aspirations de peintre. "Il était un jeune peintre très exigeant, explique son fils babar, exposition, bnf, bibliothèque, nationale, france, planche, planches, original, originales, brunhoff, histoire, livre, portrait, album, littérature, éléphant, roi, héros, hachetteMathieu. Dans les lettres à son père, […] il dit : 'Ça m’est complètement égal, je ne veux pas faire cinquante toiles, moi je veux faire une toile, une vraie toile. […] Je veux être un peintre vraiment.' Il avait une personnalité délicieuse mais parmi les fauves expressionnistes de son époque, sa peinture n'avait pas beaucoup de relief. Avec cette création de Babar […] il a pu s'épanouir complètement."

Babar, ce n'est pas seulement l'avènement d'un nouveau format d'album pour enfants : c'est l'explosion de la couleur, et la lumière au service du dessin. D'abord tracés à l'encre de chine, les dessins sont ensuite remplis par de riches aplats d'aquarelle. A cet égard, le témoignage le plus saisissant de la palette virtuose de Jean est sans doute la couverture du deuxième album, sur laquelle Babar a déjà revêtu son indémodable complet vert. Mais les originaux des albums suivants n'ont rien à envier à cette apparition : dans les épreuves aquarellées des Vacances de Zéphir, on retrouve le même éclat des costumes avec le T-shirt jaune du petit singe, tandis que le paysage marin se transforme en camaïeu de bleus. Ce don de coloriste n'est pas le privilège de Jean, au contraire : même si la technique n'est pas la même, on le retrouve chez son fils et continuateur. C'est dans les épreuves du Château de Babar données par Laurent de Brunhoff à la BnF, que son talent s'exprime avec le plus de grâce. Les scènes de nuit, surtout, traitées tout en dégradé de gris. Malheureusement, l'impression à tirages multiples n'a pas su en conserver l'éclat.


Une star internationale

Un héros attachant, une atmosphère de bonheur familial et de grandes qualités esthétiques : une recette imbattable pour la renommée dont jouit aujourd'hui Babar. Deux ans après la sortie du premier album, la star est réclamée à l'étranger et traduite aux Etats-Unis. L'année suivante, le roi des éléphants conquiert l'Angleterre puis l'Allemagne. Aujourd'hui, ses aventures sont traduites en 27 langues, et sa silhouette se décline sur tous les supports : dès 1935, des peluches à son effigie sont commercialisées, et il babar, exposition, bnf, bibliothèque, nationale, france, planche, planches, original, originales, brunhoff, histoire, livre, portrait, album, littérature, éléphant, roi, héros, hachetteorne les murs de la salle à manger des enfants du paquebot Normandie ; en 1936, il se voit consacrer une pièce de théâtre ; et, quand le film d’animation se démocratise par le biais de la télévision, une série commence à relater ses aventures. Bientôt, éléphants à bascule, parfum, puzzles, jeux éducatifs, dinettes... Le royaume de Célesteville n'a plus de frontières.

M.P.
--------------------------
à Paris, le 02/01/2012

 
La fabrique de Babar
Jusqu'au 29 janvier 2012
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Galerie des donateurs
Quai François-Mauriac
75013 Paris 
Mar - Sam 10h - 19h / Dim 13h - 19h / Lun 14h - 19h
Entrée libre


(1) Toutes les citations sont extraites du catalogue de l'exposition

 



D`autres articles de la rubrique Pages

Dossier spécial : Les librairies indépendantes, en chair et en encre.

Exposition : Boris Vian à la BnF, jusqu`au 15 janvier 2011

Vignette sur la page d'accueil : Laurent de Brunhoff, Le Château de Babar, 1961 Planche originale pour les gardes, encre et gouache. BnF, Réserve des Livres rares
Image 1 Jean de Brunhoff, Le Voyage de Babar, 1932 Aquarelle originale annotée par l’auteur pour la double page 4 - 5 BnF, Réserve des Livres rares
Image 2 Cécile, Jean, Laurent et Mathieu de Brunhoff, vers 1931 ©Van Hamel Family Archives, Amsterdam
Image 3 Laurent de Brunhoff, Le Château de Babar, 1961
Planche originale, aquarelle et gouache, pour la double page
28 - 29.
BnF, Réserve des Livres rares
Image 4 Laurent de Brunhoff, Le Château de Babar, 1961 Maquette pour la page de titre avec calque superposé, crayon, gouache, aquarelle et encre. BnF, Réserve des Livres rares