L`Intermède
Le choix de la rédaction de L`Intermède

Trissotin ou Les Femmes savantes
Théâtre de la Scala, Paris
Jusqu'au 10 mai 2019



En deux mots

 
Le théâtre de la Scala Paris présente jusqu'au 10 mai le spectacle créé par Macha Makaïeff en 2015. Cette dernière propose de transposer dans les années 1970 la célèbre pièce en cinq actes de Molière, Les Femmes savantes. Voilà donc ces personnages féminins du dramaturge classique mis en scène par une femme qui non seulement met en scène ses spectacles, mais crée ses costumes et ses décors. Et dans la mesure où Les Femmes savantes retrace l’histoire de femmes qui cherchent à trouver leur place dans un monde bourgeois dominé par les hommes, quoi de mieux que la société des années 1970 et ses différents combats féministes pour présenter cette nouvelle interprétation du texte de Molière ?

La mise en scène ne cesse de valoriser la virtuosité des vers du dramaturge, et on y retrouve le rire et l'esprit caractéristiques des comédies moliéresques. Les personnages, jamais uniquement caricaturaux, se livrent à une guerre des sexes qui montre les limites des convictions de chacun, donnant ainsi à penser au spectateur d'aujourd'hui. Tout au long du spectacle, les comédiens se donnent la réplique à un rythme endiablé : claquements de portes évoquant le vaudeville ; bruitages ; musique et chansons... trissotin, les femmes savantes, theatre de la scala, , macha makeieff, féminisme, années 1970Quand il entre dans la salle, le spectateur est tout de suite charmé par la découverte du décor qui présente un échantillon du mobilier vintage aux couleurs éclatantes que viennent compléter les costumes au cours de la représentation. Les couleurs semblent annoncer, puis renforcer, l'hystérie générale qui s'empare des personnages "au bord de la crise de nerfs". Celle-ci est loin d’être réduite à un trait de caractère exclusivement féminin : Chrysale, le bon bourgeois, semble même davantage atteint par cette folie que les autres personnages. Il voit sa femme et ses filles lui échapper et assiste impuissant aux manipulations féminines desquelles il essaye de venir à bout tant bien que mal. Folie et raison se disputent la place en chaque personnage. La scène de la "leçon de vers" de Trissotin vire à la transe psychédélique, tout en mimant les codes d’une émission télévisuelle invitant le spectateur à goûter les plaisirs de chaque mot "quoi qu'on die". Geoffroy Rondeau, qui joue Trissotin, fait une entrée spectaculaire et très attendue sur scène à l'acte III, entrée qui permet au spectateur de comprendre pourquoi le nom du personnage est le premier mentionné dans le titre du spectacle. Personnage très extravagant, il pourrait incarner à lui seul l'essence burlesque de la pièce.

Et dans ce duel savoureux et divertissant entre hommes et femmes, les vers ne manquent jamais de montrer du doigt,
 à l'échelle d'une maison bourgeoise, les travers de la société. Les femmes ne cessent de prouver ce que Philaminte, maîtresse de maison, clame haut et fort : "Mais nous voulons montrer à de certains esprits, /Dont l'orgueilleux savoir nous montre avec mépris, / Que de sciences aussi les femmes sont meublées". Voilà des paroles que la metteuse en scène pourrait bien faire siennes.
 
 
Brice Thalien
-----------------------

À Paris, le 26 avril 2019



Trissotin ou Les Femmes savantes
Comédie de Molière mise en scène par Macha Makeïeff
Théâtre de la Scala
13 boulevard de Strasbourg, Paris 10e
Jusqu'au 10 mai 2019
Mar-sam 21h
Dim 15h
Relâche le 20 février

Tarif normal : de 24 à 42 €
Tarif réduit: de 13 à 21 €
Rens. : 01 40 03 44 30

Crédits photo : Loll Willems


Le dernier article de la rubrique Scènes

arctique, odeon theatre de l`europe, anne-cecile vandalem, dystopie, rechauffement climatique, thriller nordique, comedie politique, frederic dailly, guy dermul, eric drabs, veronique dumont
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède