L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
kedi, ceyda torun, chats, istanbul, tour de galata, bosphore, turquie
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Le choix de la rédaction de L`Intermède

Macbêtes
Le Mouffetard
Jusqu'au 5 mars 2017



En deux mots
 
macbetes, theatre de la licorne, mouffetard, arts de la marionnettes, polar, humour noir, shakespeare, ubu
Le Mouffetard propose ce mois-ci une adaptation surprenante du Macbeth de Shakespeare par la compagnie "Le Théâtre de la Licorne".  La pièce est efficace et réduite à l’essentiel : le couple Macbeth, son ambition et son crime. La ressemblance s’arrête là, là où l’imagination de Claire Dancoisne commence, car la metteur en scène a imaginé que l’action se déroulerait dans un monde d’insectes : le premier personnage qui pénètre sur scène, c’est une mouche, suivie de Lady Macbeth, ou plutôt poursuivie par celle-ci, peu encline à lui laisser la vie sauve ; les Macbeth sont des prédateurs. L’univers dans lequel ils évoluent tient de la farce et de la tragédie à la fois: c’est encore une mouche qui, en morse, prédit à l’oreille de Macbeth dînant d’un plat de vers, sa prochaine accession au trône… et son renversement.
 
Deux comédiens, Rita Tchenko et Maxence Vandevelde, incarnent le couple tyrannique affamé de pouvoir, et assurent l’animation des divers insectes dont les apparitions et les exécutions rythment la pièce. Ils ont un jeu efficace, haut en couleur et précis, si bien que l’action pourrait se figer à n’importe quel moment et donner à voir la laideur et la folie de ces personnages comme peintes sur un tableau. Cette adaptation semble en effet prendre le parti de représenter sur la face de ses personnages les tourments qui agitent les entrailles de leurs illustres prédécesseurs shakespeariens. Ils sont livides, grotesques, les yeux grands écarquillés sur un monde qu’ils veulent avaler et assujettir, et sitôt le pouvoir dérobé au prix du meurtre qu’on sait, ils s’empressent de décider, au cours d’un petit-déjeuner copieux durant lequel ils se repaissent de deux gigantesques insectes de métal, d’un durcissement des lois censé prévenir toute rébellion. Ils se jettent par là-même dans la gueule du loup qui les dévorera, dans la gueule du peuple devrions-nous dire, du peuple d’insectes qui ne se laissera pas faire et prendra sa revanche.


Jean Droin
------------------------

À Paris, le 1er mars 2017



Voir le site du théâtre Mouffetard

Voir le site de la compagnie



Macbêtes d'Arthur Lefebvre, d'après Shakespeare
Jusqu'au 5 mars 2017

Le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette
73 rue Mouffetard 75005 Paris
Sam 20h45, dim 18h45
Durée : 40 minutes

Tarif plein : 18 € / Tarif réduit : 14 € / Tarif préférentiel : 12 €
Rens. : 01 84 79 44 44

Puis en tournée à Calais, Montreuil, Rivesaltes, Villeneuve d'Ascq, Saint-Omer.


Le dernier article de la rubrique Scènes

Analyse : la mise en scène de Cyrano de Bergerac par Jean-Philippe Daguerre au Théâtre du Ranelagh, à Paris

Tous les choix de la rédaction de L`IntermèdeTous les choix de la rédaction de L`Intermède