L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
alissa wenz, les dechargeurs, chanteuse, auteure, compositrice, barbara
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Le choix de la rédaction de L`Intermède

La Vie est un songe
Théâtre de la Tempête
Jusqu'au 22 octobre



En deux mots
 
Clément Poirée, nouveau directeur du Théâtre de la Tempête, ouvre cette année la saison en portant à la scène la plus célèbre pièce du baroque espagnol : La vie est un songe. À la fois conte métaphysique, politique et initiatique, elle s’inscrit dans le courant de pensée du XVIIe siècle qui voit nombres d’intellectuels européens douter de leurs certitudes et de leurs connaissances. la vie est un songe, calderon, theatre de la tempete, clement poiree, theatre baroque espagnol, illusion, theatrum mundiLa scénographie de la pièce, à la fois ludique et esthétique accorde une place importante au simulacre et à l’illusion. Aucune tentative d’organisation mimétique et rationnelle de l’espace. L’enjeu est bien de plonger le spectateur au cœur d’impressions, de sensations. Les jeux de lumières, combinés à l’atmosphère enfumée durant l’intégralité du spectacle, renforcent son caractère onirique. Les personnages, parfois de simples ombres, apparaissent et disparaissent dans ces rayons de lumière comme s’ils étaient des figures fantomatiques.
 
Basile, roi de Pologne et fervent astrologue, vit, suite à une prophétie, dans la certitude que son fils deviendra un tyran. Il met donc Sigismond au secret et cache son existence au monde. Mais lorsque la fin de son règne approche, Basile décide de lui redonner son rang pour une journée. Si d’aventure Sigismond se comporte mal, il sera endormi et renvoyé dans son cachot. On lui dira alors que tout ceci n’était qu’un rêve et le trône sera alors confié à ses deux neveux avides de pouvoir : Etoile et Astolphe. Mais comment échapper au désir de vengeance après tant d’années d’enfermement et de souffrance, de rejet et de défiance ? Après avoir été traité comme un animal, Sigismond se comporte comme tel. Son amour pour Rosaura, sa jumelle en infortune, sera le moteur de sa métamorphose et Sigismond, après la révolte, se montrera finalement digne de porter la couronne et accordera le pardon. À l’issue de trois journées qui conduisent de la soumission et de la révolte au triomphe des pulsions, le songe rédempteur prend le pas sur une réalité dévastatrice.
 
Clément Poirée n’hésite pas, par sa mise en scène, à croiser les thèmes du rêve et de l’illusion avec la notion baroque du theatrum mundi, conférant ainsi à cette pièce une portée universelle. Le jeu des acteurs, dans leur adresse directe au public, ou dans la multiplication de l’espace scénique – ils n’hésitent pas à quitter le plateau ou à entrer en scène en passant au milieu des spectateurs, ou en s’asseyant dans les gradins – renforce cette idée selon laquelle tous les êtres jouent un rôle sur la grande scène du monde. Si Calderón dépeint les passions, la démesure, Clément Poirée accentue le brouillage entre le rêve et la réalité, entre la vie et le théâtre.

 
-------------------
Le 18 octobre 2017



Voir le site officiel

La Vie est un songe
de Pedro Calderon de la Barca
Traduction de Céline Zins et mise en scène de Clément Poirée
Théâtre de la Tempête
Roure du Champ-de-Manoeuvre, Paris 12e
Mar-sam : 20h
Dimanche : 16h

Tarif normal : 20 €
Tarifs réduits : 16 €, 12 €, 10 €
Rens. : 01 43 28 36 36

Tournée prévue de février à avril 2019.


Crédits photos : © Antonia Bozzi


Le dernier article de la rubrique Scènes

les particules elementaires, michel houellebecq, julien gosselin, theatre de lodeon, mai 68
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède