L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
mary poppins, theatre under the stars, comédie musicale, stanley park, the drowsy chaperone, ranae miller, shel piercy, victor hunter, lalaina lindberg-strelau
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Le choix de la rédaction de L`Intermède

La Mouette d'Anton Tchekhov
Théâtre 71, Malakoff
Jusqu'au 27 avril 2017, puis en tournée



En deux mots

Oskaras Koršunovas relève l’ambitieux défi de proposer une adaptation originale, juste et moderne de La Mouette, pièce la plus jouée du dramaturge russe, et montée plus de quatre fois cette saison à Paris. Figure emblématique du théâtre lituanien, le metteur en scène – fondateur de l’Oskaro Korsunovo Teatras de Vilnius en 1998 – est un des prodiges du théâtre européen révélé en France au Festival d’Avignon avec son Songe d’une nuit d’été ou Visage de feu. la mouette, anton tchekhov, theatre 71, malakoff, oskaras korsunovas, theatre lituanien, oskaro korsunovo teatras, festival passages, metz, martynas nedzinskas, nele savicenko, darius meskauskasCela faisait des années que Koršunovas projetait le projet de monter cette pièce, mais elle nécessitait selon lui une certaine expérience, du plateau mais aussi de la vie. Car monter Tchekhov, "c’est faire le diagnostic des maladies de notre époque, de la goutte de notre âme, en utilisant les répliques comme des scalpels". La vie ne se contente pas de passer dans les pièces du dramaturge russe, "elle s’ouvre aux personnages et au public avec tout le pouvoir de son amour et de son horreur existentielle".
 
Grâce à un théâtre d’émotion pure, reposant sur le jeu d’acteurs formés dans la grande tradition russe, Koršunovas joue avec son public, bouleverse, et insuffle une tension violente, parfois oppressante à la pièce que Tchekhov présentait en ces termes : "Quatre actes, un paysage (vue sur un lac), beaucoup de discours sur la littérature, peu d’action, cinq tonnes d’amour". Mais un amour source de souffrance, tandis que la nécessité de la création et sa fonction salvatrice sont également mises à mal : l’instituteur aime Macha qui aime Kostia qui aime Nina qui le quittera pour Trigorine, lequel n’aime personne mais est aimé par Nina et par Arkadina, elle-même adulée par Dorn, lui-même aimé par Paulina qui se détache de Charmaïev. L’art sera le territoire sur lequel ces passions, les désillusions et les conflits se jouent. Dans La Mouette, tous rêvent de quelque chose : Nina aspire à devenir une grande actrice, Kostia à révolutionner l’écriture théâtrale, sa mère à rester une actrice éternellement jeune et reconnue, quant à l’oncle Sorine, il aurait voulu être quelqu’un d’autre. Mais tous sombrent dans la désillusion et la perte.
 
La puissance du théâtre de Koršunovas – qui tient également au fait que le public français le découvre en lituanien – est d’offrir une lecture précise et intense de Tchekhov en plaçant chaque personnage dans l’attente d’un changement, dans l’attente d’irréel, tout en proposant une création théâtrale renouvelée et fondée sur "la quête du réel, en prenant le milieu du théâtre comme prisme d’observation", où chacun se cache et se révèle à la fois, dans une tension permanente.   
 

Emilie Combes
------------------
Le 24 avril 2017

Voir le site officiel





La Mouette d'Anton Tchekhov
Mise en scène d'Oskaras Korsunovas
Avec Martynas Nedzinskas, Nelé Savicenko, Darius Meskauskas, Agneska Ravdo, Airida Gintautaité, Rasa Samuolyté, Darius Gumauskas, Dainius Gavenonis, Kirilas Glusajevas et Giedrius Savickas
Théâtre 71
3 place du 11 Novembre, 92240 Malakoff
Mar, ven : 20h30
Mer, jeu, sam : 19h30
Dim : 16h
Tarif normal  : 27 €
Tarifs réduits : 18 €, 13 €, 9 €
Rens. : 01 55 48 91 00 / billetterie@theatre71.com

Puis en tournée les 5 et 6 mai à Metz, Festival Passages



Le dernier article de la rubrique Scènes

ovide, rainer maria rilke, kafka, kundera, sarah oppenheim, johnathan genet, fany mary, jean-christophe quenon, theatre du soleil, compagnie du bal rebondissant, spectacle hybride, metamorphose
Tous les choix de la rédaction de L`IntermèdeTous les choix de la rédaction de L`Intermède