L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
julius caesar, william shakespeare, theatre national de bretagne, arthur nauzyciel, john fitzgerald kennedy, assassinat politique, elections americaines, barack obama, annees 1960
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Le choix de la rédaction de L`Intermède

Julius Caesar
Théâtre National de Bretagne
Jusqu'au 14 octobre



En deux mots
 
Le Théâtre National de Bretagne, dirigé depuis le mois de janvier par Arthur Nauzyciel, ouvre cette année la saison avec la reprise d’une de ses mises en scène majeures : celle de Julius Caesar, initialement montée à Boston en 2008, dans une atmosphère d’effervescence électorale qui précédait l’arrivée au pouvoir de Barack Obama. julius caesar, william shakespeare, theatre national de bretagne, arthur nauzyciel, john fitzgerald kennedy, assassinat politique, elections americaines, barack obama, annees 1960La tragédie de Shakespeare, qui raconte le complot de sénateurs pour assassiner celui qu’ils considèrent comme un potentiel tyran, peut selon le metteur en scène se lire comme "une pièce sur l’invention de l’avenir, le rêve d’un monde nouveau" ; elle résonnait à l’époque avec l’actualité américaine comme elle peut résonner avec n’importe quel contexte de bouleversement, de peur, d’espoir et de tensions politiques qui, sans cesse recommencées, nous confrontent à la fragilité de l’équilibre démocratique.
 
"Pour moi, les classiques sont une mémoire du futur", assure Arthur Nauzyciel. Il suffit, pour les faire parler d’un autre temps que le leur, d’en feuilleter le propos, d’en déplacer les repères temporels sans pour autant tomber dans l’anachronisme parodique. Au diable les toges et les colonnes ! Costumes, robes, canapé et musique jazz donnent à l’ensemble une teinte années 60 qui associe la figure de Kennedy à celle de César et nous plonge dans une époque portant en germe les signes de la nôtre. En donnant à voir, dans un haut lieu breton de la culture, une pièce du XVIe siècle jouée en anglais par des acteurs américains (les amateurs de séries pourront d’ailleurs repérer une tête connue), Arthur Nauzyciel ajoute une nouvelle strate à ce feuilleté de significations, nous invitant à réfléchir à la saturation de l’image, au pouvoir de la rhétorique, à la théâtralité du politique, depuis un autre lieu que celui pour lequel la création avait initialement été conçue.

Fleur Kuhn-Kennedy
--------------------------
Le 9 octobre 2017



Julius Caesar
de William Shakespeare
Mise en scène d'Arthur Nauzyciel
Théâtre National de Bretagne
1 rue Saint-Hélier, 35040 Rennes
Du jeu 5 au sam 14 oct à 20 h
Sauf jeu 12 oct : 19h30
Relâche le dimanche

Tarif normal : 28 €
Tarif réduit : 14 €
Tarif abonné à partir de 11 €

Rens. : 02 99 31 12 31

Crédits photos : © Frédéric Nauczyciel

Le dernier article de la rubrique Scènes

les particules elementaires, michel houellebecq, julien gosselin, theatre de lodeon, mai 68
Tous les choix de la rédaction de L`IntermèdeTous les choix de la rédaction de L`Intermède