L`Intermède
Le choix de la rédaction aujourd`hui
alissa wenz, les dechargeurs, chanteuse, auteure, compositrice, barbara
à
 la Une de L`Intermède        Instantanés : l`actualité de la photographie
L'édito        Scènes : l`actualité de la danse et du théâtre
L`actualité culturelle à l`étranger        Formes : l`actualité de la sculpture, du design et de l`architecture
L`actualité de la recherche        crans : l`actualité du cinéma et des séries TV
Tous les dossiers        Civilisation : l`actualité des événements liés à des cultures
Toutes les chroniques        Pages : l`actualité de la littérature et du dessin
La rédaction de L`Intermède        Toiles : l`actualité de la peinture
Nous contacter        Sons : l`actualité de la musique

Suivez l`actualité de L`Intermède sur FacebookS`abonner à la newsletter de L`IntermèdeS`abonner au flux RSS de L`IntermèdeRetrouvez nos meilleurs interludes sur notre chaîne YouTube
L`interlude du jour

 
 
 
 
 
Le choix de la rédaction de L`Intermède

Bard on the Beach
Festival shakespearien
Sorti le 23 septembre 2017



En deux mots
 
bard on the beach, festival, shakespeare, vancouver, beaucoup de bruit pour rien, un conte d`hiver, kevin macdonald, amber lewisLE SOLEIL SE COUCHE et la lumière du crépuscule magnifie les reflets de l'océan. Quelques oiseaux s'envolent devant les montagnes. C'est là le décor qui s'ajoute à celui de la scène. Car à Bard on the Beach, festival Shakespearien qui anime Vanier Park chaque été à Vancouver, le mur du fond de la scène s'ouvre sur le paysage enchanteur de la ville. On ne peut rêver panorama plus adapté au vagabondage de l'esprit dans des lieux imaginaires et au transport du spectateur dans le monde étrange et fantastique du théâtre shakespearien. C'est Un conte d'hiver qui a été choisi notamment cette année. Les rebondissements s'y multiplient et la mise en scène crée un monde avec presque rien. Le travail sur le son et les lumières suffit à dessiner une tempête, quand des marionnettes manipulées par les acteurs font jaillir une étrange ménagerie.

MAIS C'EST SURTOUT Beaucoup de bruit pour rien qui aura retenu notre attention. La troupe d'acteurs y démontre un dynamisme époustouflant et ne laisse aucun spectateur de côté. Le spectacle est partout, sur la scène, dans les allées, et même au milieu du public. Cette revisite de la pièce, transportée dans le monde du cinéma dans l'Italie des années 1950, joue sur le glamour et l'autodérision. Amber Lewis et Kevin MacDonald, en Beatrice et Benedick, enflamment les échanges piquants de leurs personnages et sont tout aussi à l'aise dans le pur comique physique que dans l'art du duel verbal. Quelques scènes d'anthologie, impliquant, entre autres, des costumes de scène et une perruque, une douche, ou encore des scooters, ne manquent pas de déchaîner l'hilarité. Une fois de plus, Bard on the Beach rend hommage avec inventivité et décontraction au maître dramaturge, en s'adressant tout à la fois aux connaisseurs et à ceux qui le découvrent pour la première fois.
 
Claire Cornillon
----------------------
Le 27 août 2017

Voir le site du festival



Bard on the Beach
Vanier Park, Vancouver
Jusqu'au 23 sepembre



Le dernier article de la rubrique Scènes

ovide, rainer maria rilke, kafka, kundera, sarah oppenheim, johnathan genet, fany mary, jean-christophe quenon, theatre du soleil, compagnie du bal rebondissant, spectacle hybride, metamorphose
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède
Tous les choix de la rédaction de L`Intermède